Association des étudiants passionnés par la nature de l'université Paris XI
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Arum maculatum L.

Aller en bas 
AuteurMessage
Loreleï
J'ai appris et avalé les 4 flores de France: Plant de flood suprême
avatar

Nombre de messages : 218
Age : 34
Localisation : Les terres de Faerie, insaisissables, aux frontières faites de crépuscule et de brume...
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: L'Arum maculatum L.   Mer 30 Mai - 23:16

L' Arum maculatum L.




Aussi bien surnommée « Pied de veau » que « Manteau de la Sainte Vierge », on m’appelle plus couramment Arum tacheté. Plante vernale*, je pointe le bout de mes feuilles en fer de lance dans les sous-bois humides des forêts tempérées dès la fin de l’hiver, profitant ainsi au maximum de la lumière avant que les arbres ne se parent de leur verdoyante tenue printanière. Charmeuse, dès la venue du printemps, je m’ouvre délicatement, chaude et parfumée pour séduire les insectes, les piéger pour la nuit, puis les libérer insouciants au petit matin, chargés clandestinement de mon précieux butin fécondant. En été, comme un appel à la dissémination, mes fruits se parent d’un rouge corail éclatant. L’automne arrivant et avec lui le temps des grands froids, je m’empresse de disparaître sous terre pour passer l’hiver sous forme de tubercule, attendant patiemment le retour du printemps.


Classification

Règne : Plantae

Division : Magnoliophyta (Angiospermes)

Classe : Liliopsida (Monocotylédones)

Ordre : Alismatales (plantes monocotylédones aquatiques ou des milieux humides)

Famille : Araceae (la famille des Aracées comprend plus de 2000 espèces réparties en 106 genres)

Genre : Arum (genre d'environ 25 espèces de plantes originaires d'Europe, d'Afrique du nord, et de l'Asie de l'ouest, la plus grande diversité d'espèces étant observée sur le pourtour méditerranéen. Ce sont des plantes herbacées et perennes, atteignant 20 à 60 cm de hauteur, portant des feuilles sagittées* de 10 à 55 cm de long. L’inflorescence est entourée d’une spathe* colorée, qui peut être blanche, jaune, brune voire violette. Les fleurs sont produites sur un spadice*)

Nom binomial de l’espèce : Arum maculatum

Il existe d’après G. Bonnier trois variétés de cette espèce : maculatum (à feuilles tachées et épi violacé), immaculatum (à feuilles sans tâches brunes, assez commune), et tetrelii (à feuilles tachées et épi jaune, dans l’Eure).
Noms vernaculaires : Gouet, Bonnet de grand prêtre, Pied-de-veau, Vachotte, Pillettes, Manteau-de-la-sainte-Vierge, Cornet, Chandelle, Racine amidonnière, Herbe à pain, Herbe aux serpents… (Flore de Bonnier illustré en couleurs).

Etymologie : Vient du grec Αρον (arôn), qui pourrait venir de « ar » la terre, qui se cultive, ou de « aïro » : qui lève vers le ciel (toxique, entrainant la mort).

Différences entre Arum maculatum et Arum italicum : A la floraison, le spadice est violet chez Arum maculatum et jaune chez Arum italicum. Les feuilles de ces deux espèces sont rarement différentes malgré la littérature ; parfois celles de Arum maculatum présentent des tâches pourpres et parfois celles de Arum italicum ont des veines blanches (si elles sont apparues dès l'automne précédent la floraison).


Ecologie

Présent dans toute l’Europe, le Gouet tacheté est une espèce d’ombre mésophile* à hygrocline*. Elle se rencontre en sous-bois frais, sur humus de type mull* calcique à mésotrophe*, sur sols profonds argileux et calcaires à bonnes réserves en eau, riches en bases et en azote, à pH basique à faiblement acide. Ces principaux biotopes sont les forêts feuillues (Fagetalia sylvaticae), chênaies, hêtraies-chênaies (Carpinion betuli), hêtraies, hêtraies-sapinières (Fagion sylvaticae), aulnaies-frênaies (Alno-Padion), et les haies et fruticées (Prunetalia spinosae) (in Flore forestière française, J.C. Raeau, D. Mansion, G. Dumé).
Carte de répartition d’Arum maculatum en France. Source : Tela Botanica

L’Arum est une plante vernale, qui ne dispose que d’une brève période favorable, de quelques semaines, entre le froid de l’hiver et le début de la feuillaison des arbres. Son développement rapide est permis par la mobilisation et la combustion respiratoire de substances accumulées (glucides) lors de phases antérieures de photosynthèse (in Le génie des végétaux, M. Bournérias, C. Bock).
Cette plante ne s’élève pas à une altitude très importante dans les montagnes. En France, elle est commune, sauf dans le Sud-Ouest et en Corse. Elle se rencontre dans presque toute l’Europe.



Phytosociologie (in Synopsis phytosociologique de la France, Julve)
Classe : Anemono nemerosae-caricetea silvaticae Gillet 86 em. Julve nov. Associations hémicryptophytiques* et géophytiques*, plus ou moins hémisciaphiles*, souvent vernales, intraforestières.

Ordre : Mercurialietalia perennis Gillet 86. Associations neutrophiles*.

Alliance : Ranunculion ficariae Julve 89. Associations planitiaires*, mésohygrophiles*.


Morphologie

La plante peut avoir de 20 à 50 centimètres de hauteur et fleurit pendant les mois d’avril et mai. C’est une espèce vivace sans tige aérienne, à tige souterraine courte, épaissie en tubercule*, portant les feuilles et l’inflorescence, et munie en arrière d’une partie ancienne, en voie de destruction ; ces deux portions de la tige souterraine portent des bourgeons, et ceux de la partie ancienne, qui sont déjà enracinés à la base, se trouvent séparés par la suite de la résorption de celle-ci et multiplient la plante par voie végétative.

Les feuilles hastées* complètes, qui se développent au printemps, ont un limbe en forme de fer de flèche à deux oreillettes triangulaires assez écartées, quelquefois tachées de brun, et sont munies d’un pétiole engainant à la base. Elles présentent une ontogénie* et une nervation de type Eu-Dicot : leurs nervures ne sont pas parallèles, ce qui est peu commun chez les Monocotylédones (cas de la Parisette à quatre feuilles et du Tamier).

La plante présente deux cotylédons, l’un de type habituel, l’autre foliacé et couramment interprété comme la première feuille, mais les vascularisations sont égales et partent du même niveau (Eames, 1961).

L’inflorescence du Gouet tacheté est caractéristique des Aracées : la bractée foliacée en cornet qui entoure l’épi, appelée spathe, est d’un vert jaunâtre, entièrement fendue en long. L’épi, axe renflé appelé spadice, porte dans le bas les fleurs pistillées, surmontées de quelques fleurs stériles, un peu plus haut les fleurs staminées, puis un troisième groupe de fleurs stériles réduites à de courts filaments, et se termine en massue d’un pourpre violacé atteignant environ la moitié de la longueur de la bractée.

Les fleurs n’ont ni calice ni corolle. Les fleurs staminées se composent d’une étamine à filet court ou de 3 ou 4 étamines sans filets, à anthères libres ou coalescentes* par la face dorsale de leur connectif. Les anthères sont tétrasporangiées* et dithèques*. Elles s’ouvrent par des fentes longitudinales extrorses. Le grain de pollen est binucléé et inaperturé*. Il mesure 37 micromètres de diamètre (in Palinotheca).

Les fleurs pistillées ont un ovaire supère* à une loge, soit un seul carpelle, surmonté d’un stigmate porté ou non par un style. La placentation* est basale et les ovules orthotropes*. Le sac embryonnaire est du type Polygonum*.

Le fruit est une baie rouge, à une loge, indéhiscent, dont la plus grande partie de la pulpe est formée de poils charnus qui se développent dans la loge de l’ovaire. Ils renferment une ou plusieurs graines arrondies à deux téguments, et à albumen farineux ou charnu (Flore de Bonnier illustrée en couleurs).

Les cellules de l’Arum produisent des raphides* d’oxalate de calcium.

Les Arums possèdent des organes contenant du latex, constitués de files de cellules laticifères indépendantes ou anastomosées* en réseau formant des poches schizogènes*.

Il existe des éléments de vaisseaux à perforations scalariformes* au niveau des racines, mais seulement des trachéides* dans les tiges et les feuilles (in Botanique, les Embryophytes, G. Cusset).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bubbleofbluebloom.deviantart.com/
Loreleï
J'ai appris et avalé les 4 flores de France: Plant de flood suprême
avatar

Nombre de messages : 218
Age : 34
Localisation : Les terres de Faerie, insaisissables, aux frontières faites de crépuscule et de brume...
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: L'Arum maculatum L.   Mer 30 Mai - 23:16

Physiologie

La feuille :

Au niveau de la feuille d’Arum maculatum, on constate une différenciation du parenchyme en parenchyme palisadique et parenchyme lacuneux, ce qui est une des caractéristiques des dicotylédones.
Or, l’Arum tacheté est une Monocotylédone, et devrait de ce fait présenter un parenchyme foliaire homogène.

La tige :

La tige du Gouet tacheté présente un phloème secondaire, alors que les Monocotylédones ne possèdent que des tissus primaires dans leur tige (abscence de cambium). Cependant, elle possède bien des tissus vasculaires disposés sur plusieurs anneaux concentriques. Elle présente un parenchyme médullaire aérifère caractéristique des plantes vivant en milieu humide.

La spathe :

Cette bractée foliacée axilant et protégeant le spadice caractéristique des Aracées possède une cuticule cireuse épaisse, et des îlots de collenchyme qui permettent le soutient de l’organe.

La racine :

la racine de l’Arum possède un endoderme lignifié en cadre de Caspary caractéristique des Dicotylédones et non en U. De plus, elle ne présente que huit pôles vasculaires.


Pollinisation



L’Arum, afin d’éviter l’autofécondation et donc pour favoriser la diversité génétique, à mis au point une technique bien particulière pour attirer spécifiquement un insecte (Psychoda phalaenoides : Diptera, Psychodidae, in M. Gibernau) et ainsi permettre une dissémination efficace de ses gamètes mâles.

Au début du printemps, elle se part d'une spathe (1), voile blanc entourant tout le matériel nécessaire à cet étrange mais astucieux stratagème reproductif. Pour commencer, les fleurs femelles (5), bien cachées au fond de cette spathe toujours verrouillée, fleurissent, tandis qu’un anneau de fleurs mâles stériles (3), dont les appendices filiformes sont dirigés vers le bas se développe.

La belle est fin prête, son rendez vous de l'année peut commencer.
Par une douce nuit, la spathe, comme la porte d'un tout nouveau bar à insectes s'ouvre, et son spadice (2) comme un appel à l'enivrement s'échauffe, produisant une odeur humainement nauséabonde mais enthomologiquement extrêmement attirante.

Dès lors, le succès est total, les insectes loin de se douter du tour que leur joue l’arum, arrivent ; la fleur est source de toutes les convoitises. Mais à peine posés, les malheureux ne peuvent s’accrocher sur la spathe et le spadice cireux, rendus glissant par la sécrétion de gouttelettes huileuses… Ils tombent au fond du cornet, prisonniers de la traîtresse au blanc manteau. Les parois lisses de la spathe ainsi que les appendices des fleurs mâles stériles (3) s’opposent à leur sortie.

La maturité des fleurs femelles et mâles s’effectue à plusieurs heures d’intervalle. Prisonniers dans le cornet de la spathe, les insectes entrent en contact avec les stigmates et y déposent le pollen qui les a recouverts au cours de la visite d’autres arums. La spathe libère des sécrétions nécessaires à leur nutrition.

Durant la nuit, les fleurs mâles fertiles (4) fleurissent et s'épanouissent, les anthères s’ouvrent, ils reçoivent le pollen dont ils pourront assurer le transfert. Au petit matin, la fleur entame alors un changement rapide. Les poils périanthaires se flétrissent et des rides apparaissent immédiatement à la surface de la spathe. Elle n’a plus rien de lisse et les insectes piégés peuvent désormais grimper vers la sortie et s’échapper de la fleur.

Les malheureux insectes, jouets d'une nuit, vont alors subir un dernier tour et se charger à leur insu en remontant vers la sortie du précieux pollen déposé par les anthères fraîchement ouvertes ; pollen qu'ils disperseront la nuit suivante vers une nouvelle fleur. Une fois l'Arum fécondée, la spathe va flétrir, les feuilles vont faner, et le spadice va se parer de jolis fruits d’abord verts puis rouges une fois murs.



La fièvre végétale

Au moment de la dispersion du pollen des fleurs mâles, on observe une augmentation de la température de près de 10°C du spadice pour atteindre environ 30°C. En fait le spadice est un organe riche en amidon.

La plante va donc augmenter son intensité respiratoire et « bruler » très rapidement cet amidon. A ce moment-là dans le spadice, un court-circuitage de la chaîne respiratoire va bloquer la synthèse d'ATP.

Ce moins bon rapport entre ATP produit et O2 entrant a pour conséquence une augmentation de chaleur de plus de 10°C, ce qui a pour intérêt de provoquer une évaporation plus importante des odeurs, et donc d’attirer un maximum d’insectes pollinisateurs. De plus, la spathe, en entourant le spadice limite les déperditions de chaleur.



Propriétés et usages

Principes toxiques :
Toutes les parties des arums renferment un saponoside* inconnu, en forte concentration dans les fruits, et un alcaloïde*, la conicine (existant également dans la grande cigüe), ainsi que de minuscules raphides d’oxalate de calcium extrêmement irritants et une essence âcre.

La plante perd une grande partie de sa toxicité par dessiccation. Mais si les feuilles et les tubercules d’arum ne sont guère dangereux car il est improbable qu’une seconde bouchée suive la première, il n’en est pas de même pour les fruits : rouges à maturité, et attirants pour les enfants, leur goût n’est pas piquant au premier abord et est un peu sucré (in Les belles vénéneuses, encyclopédie des plantes comestibles de l’Europe, volume 3).

Le suc de l’arum a une action irritante très marquée sur la peau et les muqueuses. Les symptômes sont : douleurs stomacales, brûlure de la gorge, diarrhée accompagnée d’épreintes, crampes, convulsions (in Plantes vénéneuses, toxicologie, C. Jean-Blain, M. Grisvard). Elle était classée troisième plante ayant provoqué une intoxication mortelle en 1998 (centre antipoison de Lille).

Propriétés médicinales :
La racine a cependant été utilisée couramment et l'emploi de feuilles fraîches en usage externe est également cité. La racine serait expectorante*, purgative* et a été employée dans les cas d'affections chroniques des voies respiratoires ; les feuilles fraîches et la racine par voie externe seraient détersives*.

Le docteur Cazin les utilisait comme "maturatif " des abcès froids ou pour la détersion* des ulcères.

Aucune utilisation courante actuelle n'a été retrouvée en phytothérapie. En homéopathie l'essence de la racine (récoltée avant la pousse des feuilles) serait utilisée dans les laryngites ; elle existe en teinture mère*.

Propriétés culinaires :
Tubercule toxique à l'état frais, comestible après épluchage et ébullition en plusieurs eaux. On en aurait tiré une fécule pour faire du pain sous la révolution. Sa fécule, extraite par râpage puis lavage, fournit l’Arrow-root de Portland qui, aux dires de Paul Fournier, serait « un aliment léger et fortifiant, de digestion facile ». Les noms populaires de Racine amidonnière et Herbe à pain témoignent de cet usage ancien.

Croyances :
L'arum était considéré comme une plante magique, chassant les mauvais esprits. L’eau distillée de ses racines aurait la propriété de faire disparaître les rides.

Il fut considéré comme un puissant aphrodisiaque par Dioscoride, ce que souligne la présence d’un appendice vigoureux (in L’herbier érotique, B. Bertrand).



Dossier réalisé Raphaël Colombo et Elodie Lerat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bubbleofbluebloom.deviantart.com/
Loreleï
J'ai appris et avalé les 4 flores de France: Plant de flood suprême
avatar

Nombre de messages : 218
Age : 34
Localisation : Les terres de Faerie, insaisissables, aux frontières faites de crépuscule et de brume...
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: L'Arum maculatum L.   Mer 30 Mai - 23:17

Glossaire

Alcaloïde : Substance organique d'origine végétale (morphine, caféine, nicotine) qui rappelle les alcalis (oxydes des métaux alcalins) par ses propriétés.

Anastomose : mise en communication de deux éléments constitutifs d’un végétal.

Détersif : qui déterge.

Dithèque : à deux loges.

Expectorant : qui facilite l'évacuation des sécrétions des voies respiratoires.

Géophyte : plante affrontant l’hiver en ne conservant que ses organes souterrains (bulbe, tubercule ou rhizome).

Hasté : organe végétal qui présente à sa base deux lobes étalés de telle sorte que l’ensemble acquière l’aspect d’un fer de hallebarde.

Hémicryptophyte : plante affrontant l’hiver avec des bourgeons situés au niveau du sol.

Hémisciaphile : se dit d’une espèce tolérant un ombrage moyen.

Hydromull : humus de type mull développé en milieu temporairement humide.

Hygrocline : qui préfère légèrement l’humidité.

Inaperturé : grain de pollen sans aperture (fente, ouverture).

Mésohygrophile : se dit d’une espèce ayant besoin de moyenne à fortes quantités d’eau tout au long de son développement.

Mésophile : qualificatif utilisé pour caractériser les conditions moyennes dans un gradient sécheresse-humidité.

Mésotrophe : moyennement riche en éléments nutritifs, modérément acide et permettant une activité biologique moyenne.

Mull : type d’humus caractérisé par une discontinuité brutale entre la litière et les horizons minéraux sous-jacents.

Neutrophile : se dit de végétaux croissant dans des conditions de pH proches de la neutralité.

Ontogénie : déroulement de l’histoire d’un individu, aussi bien embryonnaire que post-natale.

Orthotrope : se dit d’un ovule d’Angiosperme symétrique par raport à un axe qui prolongerait le funicule, soit ovule droit.

Placentation : mode d’insertion des ovules dans l’ovaire.

Planitiaire : qui a un rapport avec la plaine, prise dans son sens d’étage de végétation et non dans son sens topographique.

Purgative : produit fortement laxatif.

Raphide : faisceau de fines aiguilles de cristaux d'oxalate de calcium.

Sac embryonnaire de type Polygonum : La mégaspore fonctionnelle subit 3 vagues de divisions nucléaires successives conduisant à la formation de huit noyaux haploïdes qui se répartissent en groupes de quatre à chacun des deux pôles du sac embryonnaire. Un des noyaux de chaque groupe migre alors vers le centre de la cellule formant les noyaux polaires (provenant des pôles). La cytocynèse se produit ensuite terminant la formation du sac embryonnaire qui est constitué de 7 cellules : deux synergides qui encadrent l'oosphère au pôle micropylaire ; trois antipodes au pôle opposé et une grande cellule centrale qui contient les 2 noyaux polaires, généralement volumineux, qui se situent du côté micropylaire de la cellule.

Saponoside (saponine) : substance hétérosidique ayant des propriétés moussantes, capable d’agir sur la perméabilité des membranes.

Scalariforme : caractérise le mode de renforcement de la paroi par des dépôts de lignine « en barreaux d’échelle ».

Schizogène : en matière d’appareil sécréteur, se dit d’une poche née de la disjonction et de l’écartement des cellules sécrétrices qui la délimitent, constituant de la sorte un méat ou une lacune remplie d’essence ou autre sécrétion.

Supère : qualifie l’ovaire d’une fleur lorsque celui-ci est situé au-dessus du niveau d’insertion sur le réceptacle des autres pièces florales (cas des fleurs hypogynes).

Teinture mère : Solution résultant de la macération dans l'alcool d'une plante déshydratée, à partir de laquelle sont effectuées les opérations homéopathiques de dilution.

Tétrasporangé : constitué de quatre sporanges (sièges de l’élaboration des spores à la faveur d’une méiose).

Trachéide : vaisseau imparfait dont les cellules constitutives ont conservé toutes leurs parois.

Tubercule : organe renflé de nature caulinaire, généralement souterrain appartenant à un végétal vasculaire, et au niveau duquel la plante stocke des réserves, soit dans le parenchyme cortical, soit dans le parenchyme médullaire. Il joue un grand rôle pour la plante vivace. A la faveur de leur aptitude à développer au printemps leurs bourgeons en pousses actives, il constitue un précieux organe de multiplication de l’espèce.

Vernale : se dit d’une espèce qui se développe et fleurit au printemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bubbleofbluebloom.deviantart.com/
Vaness
Jeune pousse
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 32
Localisation : Clamart
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: L'Arum maculatum L.   Sam 2 Juin - 0:18

il est super votre dossier ! très clair.
j'aime bien l'intro Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreleï
J'ai appris et avalé les 4 flores de France: Plant de flood suprême
avatar

Nombre de messages : 218
Age : 34
Localisation : Les terres de Faerie, insaisissables, aux frontières faites de crépuscule et de brume...
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: L'Arum maculatum L.   Sam 2 Juin - 9:43

hiiiiii Very Happy
merci bcp Rolling Eyes
l'intro est super oui! c'est la plume de Raphaël Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bubbleofbluebloom.deviantart.com/
Diane
Plant de flood mutant
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 32
Localisation : Sur les chemins d'Aventure
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: L'Arum maculatum L.   Lun 4 Juin - 23:21

Oui originale l'intro!
Super les foto!
flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël
Plant de flood mutant
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 31
Localisation : En l'air
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Monographies   Sam 29 Déc - 5:17

j'oubliais je vais aussi mettre les monographies qu'on a faites l'année dernière sur le site donc si il ya des lecteurs ...
attendez qques jours et promis ce sra en ligne ici :http://leventtourne.free.fr/gueulesdebois.html

rubrique monographie

bisou bisou ( et vive les fleurs ... hun elo ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leventtourne.free.fr/
Loreleï
J'ai appris et avalé les 4 flores de France: Plant de flood suprême
avatar

Nombre de messages : 218
Age : 34
Localisation : Les terres de Faerie, insaisissables, aux frontières faites de crépuscule et de brume...
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Re: L'Arum maculatum L.   Dim 30 Déc - 21:59

wuuuuiii!!!!! flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bubbleofbluebloom.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Arum maculatum L.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Arum maculatum L.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Association Clématis :: Scientifique :: Botanique-
Sauter vers: